Ambon, une ville d’un autre temps …

Ancienne capitale hollandaise des Moluques, Ambon présente ce côté désuet d’une ville qui a perdu de sa prestance mais où l’émergence d’une nouvelle économie de marché se fait sentir.
Sitôt arrivés, nous nous sommes mis malgré nous, au rythme doux et calme qui semble régner sur la ville, loin de l’agitation que nous avions perçue en 2009 lorsque nous y avions fait escale le temps d’une soirée.

En quelques heures nous maîtrisions la topographie de la ville qui s’est construite autour du port et se développe à flanc du colline et étions dignes de nous déplacer vers les bistrots et restaus cités dans le Lonely Planet , découvrir le marché, le port où nous allions embarquer, faire un peu de shopping pour compléter nos collections de chemises estampillées « Batik Bagus » (bon batik), changer des euros sachant qu’il n’y aurait pas de banque à Banda Neira…
Nous avons été charmés par la gentille des habitants qui semblent recevoir peu de touristes, et avons été accueillis partout avec des sourires. Les gens nous interpellaient pour que nous les prenions en photos, y compris des écoliers qui ont insisté pour poser devant la mosquée.

Pose devant la mosquée (Ambon – Molluques)

 

Pose dans l’attente du client (Ambon)

Pourtant, marcher dans les rues d’Ambon n’est pas sans risque, tant les voitures se bousculent, toutes concentrées dans les mêmes rues alors que de nombreux cyclo-pousse se frayent habilement un chemin au milieu de la circulation.

Marco dans un cyclo-pousse (Ambon – Molluques)

Nous ne pouvions pas ne pas essayer : une vraie expérience ! Cette ville est kitch, un peu vieillotte … du Plastik Bazar à toutes les échelles : les jouets, la vaisselle, les meubles, l’ameublement en général … rose bonbon ou vert fluo, cela sent la camelote bon marché. Chinois, dirait certains ? Non, Ambon ne sent pas l’argent !
Quittant les axes principaux qui quadrillent le « centre ville » et semblent délimiter de petits quartiers, nous pénétrons dans une ruelle ombragée où jouent des enfants circulant sur des vélos plastiques de toutes les couleurs.

Tee-shirt de foot pour les garçons, robes en dentelles pour les filles (Ambon – Molluques)

Plus loin nos narines sont mises en éveil par les odeurs de soupe émanant de la charrette d’un vendeur ambulant. Pour trois francs, six sous, on s’offre une pause au coin d’un arbre. C’est simple, c’est bon … le soir même nos estomacs nous feront savoir que ce n’était pas la meilleure idée que nous ayons eue.

Dans une ruelle de Ambon, vendeur ambulant (Molluques)

 

L’heure du soto ayam (Ambon – Molluques)

Tous les métiers ont pignons sur rue – voire même directement sur le trottoir – artisans, couturier, marchands de meubles, réparation de moteurs ou d’engins en tout genre…

D’anciens métiers comme des vulcanisateurs côtoient des marchands de téléphonie ou de sono, l’émergence de la nouvelle économie de marché se juxtapose ave la tradition tels ces deux hommes qui battent avec des sortes de fléau de la fibre de noix de coco qui sera transformée quelques rues plus loin en copra. Ah les odeurs! Difficile à décrire, difficile à transcrire …

Découpe de coco (Ambon – Molluques)

 

Découpe de noix de coco pour la préparation du copra

Somnolence, nonchalance … nos narines sont attirées par l’odeur d’un barbecue : c’est un restau où l’on peut manger du poisson grillé accompagné d’un bon dabu-dabu (la sauce pimentée maison). C’est là que nous finirons notre journée. Demain, nous embarquons pour les Banda, une autre histoire nous attend.

Barbecue et réparation de machines (Ambon – Molluques)

 

Taggé avec: , , ,

1 Commentaire

  1. Toujours un grand plaisir que de se mettre dans vos pas, vous suivre dans la découverte d’Ambon ou d’ailleurs. La description des paysages,des gens, de la vie ordinaire dans d’autres lieux permet de nous rappeler que nous sommes citoyens du monde. C’est une respiration réconfortante que de regarder ces photos, ces visages, ces regards, cette envie en posant de vous faire un don, don d’un sourire, d’une présence à ne pas oublier, à partager.
    C’est bien de rentrer pour les européennes. A bientôt.

Laisser une réponse

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.